Le Jeunisme

 

PLAN 

 

                                                           Introduction

                                                           I. Caractérisiques du mouvement

                                                           II. Le processus du vieillissement de la peau  

                                                           III. Moyen de se "rajeunir"  

                                                                 *Les crèmes anti-age

                                                                 *Injection de botox

 

                                                                 *Injection de collagène

                                                                 *Injection de micro implants

                                                                 *Injection d'acide hyaluronique

                                                                 *Traitement au laser

                                                                 *Expoliation profonde

                                                                 *Acide rétinoïque topique

                                                                 *Chirurgie esthétique

                                                                 *Lifting chirurgical

                                                                 *Remodelage chirurgical                                                                  

                                                           IV. Dangers du jeunisme

                                                          Conclusion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

De tout temps , l'homme a essayé de retarder son vieillissement.  Cette lutte anti-age fait l'objet d'une recherche sans fin de la jeunesse à tout prix. Des légendes telles que la source de jovence accentuent la conviction d'une possibilité de pérenniser  sa beauté. D'où l'émergeance d'un mouvement dont l'objectif est de retarder le vieillissement. Mais tout de même,  celui-ci reste un processus inéluctable auquel nous sommes tous confrontés.  

Le jeunisme est un phénomène de société qui s’est installé petit à petit avec l’évolution des mentalités. Le terme " jeunisme" est un néologisme généralement péjoratif qui décrit la volonté supposée de donner une place plus importante aux jeunes, ou aux notions liées à ces derniers.

Le terme est utilisé dans des cadres professionnels pour décrire les discriminations par l'âge, mais également dans de nombreux corps de métier pour dénoncer le remplacement d'employés par de jeunes diplômés. On parle également de jeunisme pour désigner l'engouement pour les techniques de chirurgie esthétique, de soins du corps et de culte de la jeunesse en général. Ce mouvement et ses modalités (chirurgie esthétique, pilule...) nous ont agréablement interpellés et vivement incités à opter pour ce sujet si accrochant et décidemment d'actualité. 

 

I. Caractéristiques du mouvement

Tout d'abord, l'idéologie du jeunisme fait de la jeunesse une qualité essentielle de l'Homme. Perdre cette qualité serait perdre, chaque jour, un peu de son humanité. Il faut à tout prix être jeune et le rester. Une négation qui fait surgir la catégorie opposée, les vieux, sans nuances.

 Par ailleurs Toute la société pousse l’adulte, qu’il soit le parent ou le professeur, à se sentir ontologiquement coupable. Le fondement du jeunisme se trouve dans cette culpabilité. Alors que traditionnellement dire non à un enfant ou à un jeune prenait part à un processus d’éducation, l’accoutumance à la résistance du principe de réalité, de nos jours un pareil refus se teinte d’illégitimité, générant de la culpabilité.

 

 

 II. Le processus du vieillissement de la peau

 

La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.
Chez l'Homme, elle est l'un des organes les plus importants du corps en regard de sa surface et de sa masse 
 Les cellules de la peau et les couches internes de la peau se dégradent petit à petit. On observe trois phénomènes principaux. Premièrement, les cellules de l'épiderme (autrement dit de la surface de la peau) se renouvellent moins rapidement. La peau devient ainsi plus vulnérable face aux UV et la cicatrisation des plaies se fait plus lente. Deuxièmement, les vaisseaux du derme (qui alimente la peau) se dégradent, les tissus sont alors moins irrigués en gaz et nutriments indispensables. La peau prend alors une teinte plus pâle, des marques apparaissent sur le visage et les toxines sont plus difficilement éliminées. Enfin, le collagène (couche profonde de la peau) s'amoindrit. La peau devient plus vulnérable et moins souple. Selon les spécialistes, dès l'âge de 30 ans, les tissus de la peau commencent à perdre de leur tonus. Le vieillissement de la peau est un processus naturel qui demeure inéluctable. Aucune solution miracle ou autant d'élixirs de jouvence n'est aujourd'hui capable de stopper ce phénomène. Néanmoins il est possible d'atténuer et de ralentir les effets du vieillissement sur la peau, notamment en adoptant une bonne hygiène de vie.

 

1- pore de transpiration
2- jonction dermo-épidermique (papille dermique)
3- terminaison nerveuse (toucher)
4- épiderme (anatomie)
5- derme
6- hypoderme
7- veine                                                                                                   
8- artère
9 - Poil
10- cornée
11- couche pigmentée
12- kératinocytes
13- Mélanocytes
14- muscle érecteur du poil
15- glande sébacée
16- folicule pileux
17- bulbe
18- nerf
19- système lymphatique et vasculaire
20- glande sudoripare eccrine
21- Corpuscule de Pacini
 

 

On voudrait continuer à avoir l'air aussi jeune que l'on se sent « en-dedans », mais l'échéance est comme énoncé précédemment inéluctable : au fil du temps, les cellules cutanées se renouvellent plus lentement (entraînant un épaississement de l'épiderme à cause des cellules mortes qui s'accumulent); les fibres de collagène se détériorent dans le derme; les glandes sébacées et sudoripares s'atrophient (réduisant l'hydratation); et la gravité attire les tissus mous vers le bas. Bref, la peau prend des rides et se relâche.

Les principales caractéristiques d'une peau âgée seraient causées davantage par le photo-vieillissement, c'est-à-dire le vieillissement dû aux effets du soleil (surtout des rayons UVA), que par l'âge.1 Les marques plus apparentes au visage et aux mains en font foi. Les effets permanents engendrés par le photo-vieillissement sont à la fois superficiels et profonds, là où se produisent les dommages de l'oxydation. Malheureusement, l'impact négatif du soleil s'accumule à partir de la petite enfance...

Nous nous pencherons maintenant sur une découverté ayant favorisé la lutte contre le vieillissement : La réaction de Maillard

Comme dans le cas de plusieurs grandes découvertes scientifiques, c’est un peu par hasard qu'un chimiste français, Louis-Camille Maillard, a découvert que des acides aminés, en présence de sucres, et à température élevée, brunissaient en créant un composé semblable à l’humus, et de composition très voisine. Maillard, dont l’ambition secrète était de comprendre la structure des protéines, avait remplacé le glycérol qui lui permettait de condenser ces dernières par des sucres.

Il observe alors que la fonction réductrice des sucres (carbonyle: C=O) est beaucoup plus réactive que la fonction hydroxyle (OH). Cette découverte, d’abord communiquée à l’Académie des Sciences est ensuite reprise et développée de manière minutieuse par Maillard dans l'article «Genèse des matières humiques et des matières protéiques»

Déçu de ne pas avoir conclu sur les protéines, il a pourtant conscience des nombreuses applications possibles de sa réaction. Malheureusement, elle tombe dans l’oubli et Louis-Camille Maillard meurt sans avoir pu voir sa découverte déclinée dans des domaines aussi divers que la cuisine, la lutte contre le diabète, le vieillissement, les pétroles

 

 
III. Les moyens de se "rajeunir"

 

Néanmoins il est possible d'atténuer et de ralentir les effets du vieillissement sur la peau, notamment en adoptant une bonne hygiène de vie ou en s'administrant des soins qui changeant son aspect rajeunit la peau au moins temporairement nous en citerons quelques uns dans cette partie.

Sous l’influence des années et des évènements, les cellules cutanées se renouvellent plus lentement et la fabrication du collagène ralentit, les tissus se relâchent et les traits s’affaissent. La peau devient plus fine, plus rêche et perd de son élasticité.
Les responsables ? Le patrimoine génétique bien sûr mais aussi le mode de vie, le tabac, les expositions au soleil…

Toutes les parties du corps ne vieillissent pas de la même façon. Le visage, notamment le contour des yeux et des lèvres, reste la zone du corps la plus sensible puisque la plus exposée.

Pour lutter contres effets du temps, les laboratoires rivalisent d’innovation à la recherche d’actifs de plus en plus pointus. Mais dans tous les cas, il ne faut pas attendre de ces produits un quelconque effet lifting. Ces soins servent simplement à prévenir et à atténuer l’apparition des rides.  

LES CREMES ANTI AGES

 Chaque actifs à sa fonction propre et ne convient pas à tous les types de peaux. Que trouve-t-on dans ces produits ?

  • Les anti-oxydants : ces substances anti-âge prennent la forme de vitamines A, C, E, d’oligo-éléments (zinc, sélécium, silicium), de végétaux (thé vert, pépins de raisin) et d’algues. Elles permettent de lutter contre les radicaux libres, d’améliorer le relief de la peau et de réparer les dommages causés par la pollution. Les crèmes à base d’anti-oxydants sont recommandées pour les peaux fines et peu denses.
  • La vitamine A (C20H30O ): fréquemment employé pour lutter contre l’acné, cet actif puissant est remplacé dans les crèmes anti-rides par le rétinol, un dérivé moins irritant. Il stimule le renouvellement cellulaire, le lissage des ridules peu profondes et augmente l’épaisseur de la peau. Leur utilisation est conseillée à partir de 35 ans pour des peaux précocement ridées ou dès 20 ans, en prévention.
  • Les AHA ( alpha hydroxyacides) : ces acides sont présents dans les agrumes, le raisin et la canne à sucre. Ils bénéficient d’un pouvoir exfoliant qui élimine les cellules mortes de l’épiderme, hydrate et lisse les traits pour raviver l’éclat du teint. A privilégier en cas de peaux épaisses (tabac) ou abîmées par le soleil. A éviter aussi en cas de peau trop réactive au soleil.

 

  • Injections de botox

 

Ce mot maintenant bien connu est une marque de commerce (il y en a quelques autres) qui identifie la toxine purifiée de la bactérie Clostridium botulinum. Cette toxine peut causer une intoxication alimentaire grave, appelée botulisme.

 Photographie au microscope de bactéries Clostridium botulinum (corps végétatifs, endospores et spores)

Les très petites quantités utilisées dans les injections de Botox sont toutefois sécuritaires, d'après Santé Canada. L'injection se fait dans les muscles responsables des rides d'expression, particulièrement entre les sourcils et sur le front ainsi qu'au coin des yeux. La propriété recherchée de ce poison est qu'il entraîne la paralysie des muscles touchés en causant la dégénérescence de terminaisons nerveuses. Sans les contractions musculaires, les rides s'atténuent au bout de quelques jours. Après trois ou quatre mois, de nouvelles terminaisons nerveuses se forment et on doit répéter les injections; mais il arrive qu'après plusieurs traitements l'effet dure plus longtemps. Pour le moment, le milieu médical considère la toxine botulique sécuritaire, puisqu'on l'injecte en doses infimes.
Effets secondaires. Cette toxine est utilisée médicalement depuis une vingtaine d'années, mais on ne connaît pas ses effets à plus long terme. À court terme, les patients peuvent vivre certains problèmes, bien que relativement peu fréquents, tels que maux de tête, nausées, ecchymose et inconfort dans la région traitée; il existe aussi des cas d'allergie. Par contre, si l'injection a été mal exécutée (trop profonde ou mal orientée), une paralysie partielle et temporaire de muscles voisins, dont ceux de la paupière, peut s'ensuivre. Il faut respecter un intervalle d'au moins deux mois entre les injections afin d'éviter que l'organisme ne forme des anticorps.
Contre-indications. Les femmes qui sont enceintes ou qui allaitent de même que les personnes souffrant d'une maladie neurologique ne peuvent suivre ce traitement.

 

 

  • Injections de collagène

Pour les rides plus fines, autour de la bouche surtout (la paralysie des muscles orbiculaires des lèvres n'étant pas souhaitable), les dermatologues et plasticiens utilisent du collagène d'origine bovine. Injecté dans le creux créé par la ride, le collagène remplit cet espace et la ride disparaît. Les injections doivent être répétées aux deux ou trois mois.
Effets secondaires. Certaines personnes sont allergiques au collagène et il faut subir un test d'allergie avant de suivre le traitement.

  • Injections de micro implants

Les dermatologues peuvent aussi utiliser un produit composé de sphères microscopiques mêlées à un peu de collagène et une trace d'anesthésique (pour soulager la douleur après l'implantation). Ce produit permet de « renfler » non seulement les rides, mais aussi d'autres marques comme celles laissées par l'acné.
Effets secondaires. Certaines personnes sont allergiques au collagène et il faut subir un test d'allergie avant de suivre le traitement. L'intervention peut laisser une rougeur persistante, des sphères visibles sous la peau (bourrelets ou stries) et un contour irrégulier. Le produit n'est pas recommandé pour les peaux fines ou flasques.

 

  • Injections d'acide hyaluronique

La structure chimique de l'acide hyalobiuronique a été déterminée dans les  dans le laboratoire de Karl Meyer.De formule C28H44N2O23  

Cette substance biologique se trouve naturellement dans le tissu conjonctif, mais subit une déperdition avec l'âge. On l'utilise pour lisser les rides et sillons. Non allergène, il requiert parfois une anesthésie locale pour engourdir la peau. Le produit se résorbe graduellement.
Effets secondaires. Rougeur, démangeaisons, enflure et douleur au point d'injection (temporaire); il arrive parfois mais rarement que la douleur, la rougeur et les défauts de pigmentation persistent.

 

  • Acide rétinoïque topique

Disponible sur ordonnance seulement, l'acide rétinoïque que l'on 'appelle aussi trétinoïne de formule brute  (C20H28O2) est une molécule dérivée de la vitamine A qui est présente dans la nature.

Trétinoïne Lors de plusieurs essais cliniques qui ont duré jusqu'à quatre ans, des chercheurs ont observé qu'un usage continu de l'acide rétinoïque permettait d'atténuer les ridules (mais pas les rides profondes) et de pâlir ou faire disparaître les taches de lentigo sénile. Il faut de deux à six mois avant qu'une amélioration se manifeste. Les chercheurs croient qu'avec un usage prolongé (un an ou plus), la peau pourrait se remettre à produire du collagène. Ce médicament est le seul produit topique qui soit reconnu et approuvé pour soigner le photo-vieillissement. Son efficacité a été démontrée à des concentrations aussi faibles que 0,02 %. Effets secondaires. Peut causer de l'irritation (une crème d'hydrocortisone pourrait être nécessaire pour la soulager) et, chez une minorité de personnes, accroître la photosensibilité de la peau, ce qui exige d'utiliser un écran solaire efficace de façon permanente. Suivre les indications médicales avec soin.

 

  • Traitements au laser 

Le laser traite les rides par abrasion des couches superficielles de la peau.La lumière laser provoque au contact de la peau une évaporation des couches superficielles avec un effet plus ou moins important de chauffe des couches profondes réalisant un effet tenseur.Il existe diverses techniques et divers appareils pour les traitements au laser notament le laser CO2 et le laser ERBIUM.
Les traitements les moins draconiens atténuent ou font disparaître le lentigo sénile, les veinules apparentes ou autres marques. Quant au « relissage » (resurfacing), il s'agit d'une exfoliation sans produits chimiques : les rayons lumineux du laser pulvérisent les cellules mortes qu'on veut éliminer, sans toucher aux autres parties de la peau. Cela permet de corriger les défauts de pigmentation (lentigo sénile), les cicatrices d'acné et les rides fines. Il faut administrer une anesthésie locale.

  • Exfoliation profonde (peeling)

 

Tandis que les exfoliations légères ou moyennes consistent à déloger les cellules mortes de la couche superficielle de la peau, ce traitement retire une couche plus importante de l'épiderme au moyen de concentrations élevées de produits chimiques (acide glycolique, par exemple; L'acide glycolique (ou acide hydroxyacétique) est le plus petit des acides α-hydroxylés AHA.). Pratiquée en cabinet de médecin seulement, l'exfoliation profonde entraîne plusieurs risques; la peau demeure à vif pendant quelques jours au cours desquels elle est très sensible aux infections et il y a ensuite formation d'une gale.

  • LA CHIRURGIE ESTHETIQUE

La chirurgie esthétique n'est qu'une des nombreuses applications de la chirurgie plastique.

Correspondant à une demande de la personne qui souhaite y avoir recours, la chirurgie esthétique n'est motivée ni par une pathologie ni par ses séquelles, mais par les conséquences morphologiques du vieillissement (exemples : lifting cervico-facial, resurfaçage cutané par laser, blépharoplastiecalvitie, ptôse mammaire, etc.), de la grossesse (ptôse mammaire, plastie abdominale), ou de disgrâces acquises ou constitutionnelles non pathologiques (exemples : rhinoplastieimplants mammaireslipoaspiration). Elle comprend des actes thérapeutiques effractifs (c'est à dire chirurgicaux) et non effractifs (c'est à dire médicaux). Non pris en charge par les organismes sociaux, ces actes doivent être effectués en France dans le strict respect de la Loi Kouchner de mars 2002 et de ses décrets d'application et circulaires de 2005, par des spécialistes autorisés par la loi, dans des structures agréées.

La chirurgie esthétique ne peut être pratiquée que par des chirurgiens compétents dans le territoire anatomique de leur spécialité (par exemple paupières par un chirurgien ophtalmologiste, ou rhinoplastie par un chirurgien ORL). Les actes médicaux à visée esthétique ne peuvent être « effractifs » selon la définition de l'Académie de Médecine (qui définit l'acte « chirurgical » comme « un acte médical effractif, à visée diagnostique ou thérapeutique, dont la réalisation est confiée à un membre d’une profession médicale ayant été dûment formé et validé dans une spécialité chirurgicale officielle, acte effectué dans les conditions réglementaires en vigueur ») et ne peuvent introduire dans l'organisme, par effraction ou injection, de matériels ou de substances non résorbables. Ces actes médicaux ne peuvent être éventuellement pratiqués que par les mêmes chirurgiens ou par les médecins spécialisés en dermatologie. Seule la qualification hospitalo-universitaire et ordinale (Conseil de l'Ordre des Médecins) donne le droit d'exercice, les diplômes d'université n'étant que des formations complémentaires.

 

  • Lifting chirurgical

 Le terme lifting désigne toutes les opérations destinées à corriger l'affaissement de la peau.Le lifting partiel concerne principalement le pourtour des yeux. Il existe plusieurs types de lifting mais nous pouvons mettre un en évidence; c'est le lifting cervico-facial traitant  les bajoues et le cou. Il s'agit d'une opération de rajeunissement qui permet de libérer la peau des plans sous-jacents pour la remettre en tension après excision de l'excédent, parfois en repositionnant les muscles vers le haut et l'arrière. 
A noter: L'intervention se pratique sous anesthésie locale ou générale, et comporte des risques.
Effets secondaires. Enflure et ecchymoses qui durent au moins deux semaines et souvent plus (dépendant du type de peau), période pendant laquelle il faut garder la tête haute et appliquer régulièrement des compresses froides sur les yeux. Les gros efforts physiques sont à éviter pendant six semaines.

  • Remodelage chirurgical

Le remodelage du visage consiste à tendre la peau flasque pour supprimer les bajoues et les rides du cou et raffermir la ligne de la mâchoire. Le remodelage ne supprime pas les rides d'expression ni les poches sous les yeux. L'intervention se fait généralement sous anesthésie générale et comporte des risques.
Effets secondaires. Douleur, enflure et ecchymoses qui durent plusieurs semaines ou quelques mois, en fonction du type de peau et l'âge. Il ne faut pas s'exposer directement au soleil pendant plusieurs semaines.

 

 IV.Les Dangers du jeunisme

Danger moral

Le jeunisme représente un véritable danger, un piège pour les jeunes et  une hantise pour le troisième âge directement concerné par l’influence de ce courant de pensée sur la société.

Effectivement, les jeunes à leur arrivée sur le marché du travail restent inexpérimentés, étonnés d'être au centre de toutes les attentions, flattés, caressés dans le sens du poil, valorisés inconditionnellement pour des mérites souvent bien minces, ils constituent une cible facile qui cède sans résistance aux injonctions de la société marchande. On les rend aveugles sur leur devenir en les abreuvant, si j'ose dire, de musiques et accessoirement de jeux de miroirs narcissiques télévisés. Ils en viennent à s'intéresser plus aux peines de cœur et aux problèmes de substances d'icônes préfabriquées qu'à leur propre vie. Finalement, la fonction sociale du jeunisme est d'assigner aux jeunes une place prédéterminée dans la société, en leur coupant les voies de la lucidité. En compensation, ils bénéficient de satisfactions esthétiques et d'émotions fortes qui  les confinent dans un statut apparemment enviable mais hélas factice mais surtout éphémère.

Pour les non-jeunes, le jeunisme est un terrorisme. Jamais le devoir de paraître jeune, à tout âge, n'a été si clairement affiché. Notre époque exalte l'apparence et la jeunesse. Par exemple, le lifting devient une quasi-obligation dans les professions médiatiques, et la gestion de son image physique est souvent une nécessité professionnelle, au risque de se faire licencier prématurément. Paraître vieux ou laid est une sorte d'obscénité. Les humoristes s'en donnent à cœur joie : le vieux débris est une figure récurrente. Il est, par exemple, une vedette incontestée au pays du Groland, territoire imaginaire des émissions dominicales de Canal+. Avant, une femme ridée était une victime qui avait “subi du temps l'irréparable outrage”. Elle est désormais coupable. “Cette société nous donne l'impression que l'on est responsable de la tête qu'on a”, constate l'anthropologue David Le Breton. Et ce n'est pas seulement la tête… le corps aussi doit être aminci, modelé, bruni, voire torturé, quand ce n'est pas charcuté : thalasso, lipossuccion, depuis peu morpholiposculpture, botox, DHEA, etc… Plus qu'une marchandise, le corps est devenu un marché où s'affrontent des produits et des services sans cesse renouvelés sous le feu roulant de médias comminatoires. Bref, le jeunisme est un enfer dans lequel les jeunes perdent leur vie à ne pas vouloir en sortir, et hors duquel les vieux qui en ont été exclus perdent  leur vie à trop vouloir y entrer.

 Danger de la chirurgie esthétique 

 Les spécialistes de la chirurgie esthétique traînent une mauvaise réputation.

Le palmarès, qui doit être présenté au cours de leur congrès annuel, classe en tête deux interventions qui font courir un risque élevé au patient: retrouver un ventre plat et faire réduire la taille de sa poitrine. Celles-ci provoquent respectivement 14,7% et 10,7% de complications. Le danger est de niveau moyen avec le remodelage du nez (7,2% de complications), le lifting du visage (6,2%) et la pose de prothèses mammaires (5%). Il est faible pour la liposuccion (3,9%) et la correction des paupières tombantes (3,8%). En résumé, la patiente qui rêve de perdre du ventre a quatre fois plus de risques de connaître des lendemains difficiles que celle qui veut rajeunir son regard.

Mais il y a complication... et complication. La plus fréquente, une mauvaise cicatrisation, est heureusement la plus bénigne. Une vilaine balafre peut être largement atténuée, au prix toutefois d'un nouveau coup de bistouri. D'autres problèmes, rarissimes, peuvent, eux, se révéler fatals. Sur les 19 000 interventions de l'année 2002 analysées dans cette étude, deux se sont soldées par le décès du patient. L'un a succombé à un arrêt cardiaque alors que son opération de lifting touchait à sa fin, l'autre à une embolie pulmonaire (un caillot venu boucher l'artère qui irrigue les poumons) lors d'une intervention au ventre.

 

 

Le témoignage suivant, très éloquent concernant les piteuses répercussion d'une surdose de chirurgie vous laissera certainement abasourdis.

C'est l'histoire d'une belle jeune femme asiatique, en tout cas, elle l'était avant de commencer l'aventure de la chirurgie esthétique au point d'en devenir accroc.
La chirurgie esthétique peut devenir très dangereuse a forte doses ...

Elle s'appelle Hang Mioku, et avait subit sa première opération chirurgicale esthétique à l'age de 28 ans, jusqu'à en devenir dépendante, a tel point que ça a ruiné sa vie.

            Avec les années qui passaient, les chirurgiens qu'elles visitaient refusaient de l'opérer, lui suggérant de suivre une thérapie pour soigner sa dépendance.
Finalement elle a trouvé un plasticien qui lui a donné du silicone à injecter ... le problème c'est que quand elle n'en avait plus, elle s'injectait de l'huile de cuisine avec une seringue , oui de l'huile de cuisine ...  Les effets qui s’en suivirent  furent littéralement désastreux…

 

 

IV. Conclusion

En définitive, le jeunisme est un mouvement relativement récent mais engageant un nombre croissant d'adhérents. Résultant de plusieurs facteurs :

                       

- Le vieillissement de la population,